Home page / Francais / À propos du Musée / Histoire du Château

Histoire du Château

Nous vous invitons à prendre connaissance avec l’histoire du Château de Pszczyna durant les années 1914 – 1917 ainsi que de la galerie photos.

Les débuts documentés du château-forteresse maçonné de Pszczyna remontent à la Ière moitié du XVème siècle, car on sait en effet qu’en 1433 il résista à l’invasion des hussites. À l’époque de Helena Korybutówna (1424-1449), le château gothique était une construction monumentale quadrilatérale, constituée de deux bâtisses flanquées de tours, liés entre elles par une muraille. Le tout était protégé par des remparts et un fossé.

À la fin du XVème et au début du XVIème siècle, les biens de Pszczyna restaient sous la tutelle des princes de Cieszyn. En 1517, Cazimir II, prince de Cieszyn, vendit les biens à l’oligarque hongrois Alex Turzo, ce qui mit fin à la période de domination de la dynastie Piast sur la région de Pszczyna. On créa la Wolne Państwo Stanowe (l’État des Pays libres, couvrant Pszczyna, Mikołów, Bieruń, et à partir de 1536, Mysłowice), avec Pszczyna comme capitale.


En 1548 la région de Pszczyna change, une fois de plus, de propriétaire. Elle est gouvernée dorénavant par l’évêque de Breslau, Baltazar Promnitz, lequel à l’époque de la Réforme résidait à Nysa.

Les années de domination des Promnitz (1548-1765) constituérent une période de transformation de la forteresse gothique en résidence Renaissance. Après 1737 le château fût modifié et agrandi en palais baroque à trois ailes.

Le château de style Renaissance, à deux étages avec galeries, bâti sur le plan d’un quadrilatère irrégulier, est connu par les descriptions conservées dans des archives princières, ainsi que par la vue de 1636 d’une célèbre carte d’Andreas Hindenberg. De cette construction, subsiste la Porte des Privilégiés, construite par Consilio Miliusa en 1687, laquelle abritait les gardes du château.
Dans l’histoire tumultueuse de l’Europe de cette époque, s’inscrivit l’un des plus remarquables compositeurs de la période baroque, Georg Philipp Telemann (1681-1767), durant les années 1704-1707 chef d’orchestre de la cour et organiste de Pszczyna. Aujourd’hui, les mélomanes peuvent apprécier sa musique dans la Salle des miroirs du Château, durant les « Soirées chez Telemann » organisées depuis 1979.

Les propriétaires suivants de Pszczyna (pour les années 1765-1846), les princes Anhalt-Köthen-Pless, transformèrent le jardin zoologique en parc et édifiérent d’autres bâtiments, dont : le palais la Faisanderie de Poręba (d’après le projet de Karl Langhans), situé au bord de la faisanderie fondée en 1792, ainsi que le bâtiment néoclassique Ludwikówka, édifié par Wilhelm Pusch non loin du parc de Pszczyna.
Après l’extinction de la famille princière des Anhalt Köthen-Pless, les biens furent repris par Hans Heinrich X, comte von Hochberg (petit-fils du prince Friedrich Erdmann Anhalt-Köthen-Pless et chef de famille des Hochberg de Książ en Basse Silésie). En 1850, il reçut le titre de prince von Pless, lequel depuis, est transmis à l’aîné des descendants. De nos jours réside à Munich, Bolko, sixième prince von Pless, comte von Hochberg.
Après Hans Heinrich X, les biens de Pszczyna et de Książ furent hérités par son fils aîné, le prince Hans Heinrich XI (1833-1907). Il en fût le plus long propriétaire (1855-1907); à l’occasion du cinquantième anniversaire de son pouvoir, il reçut le titre de duc (Herzog). C’est à lui que le château, le jardin ainsi que l’aménagement du paysage jusqu’au palais de chasse de Promnice, aux alentours de Tychy, doivent leur forme actuelle. À cette époque, Pszczyna est visité par les rois de Prusse, les empereurs allemands, ainsi que par leurs invités de l’Europe entière. Quant à Hans Heinrich XI lui-même, à la cour de Berlin, il était revêtu d’une dignité de Grand Chasseur impérial. Il était donc nécessaire d’avoir une résidence digne de la position de prince.  
Dans les années 1870-1876 la résidence de Pszczyna fût reconstruite (Château Pless), suivant les projets d’un remarquable architecte français, Alexandre Hippolyte Destailleur. La façade du château de deux étages, basé selon un plan en forme de fer à cheval, a été habillée d’un revêtement conformément l’architecture française du XVIIème siècle. Face à la ville, on ajouta un vestibule avec une cage de trois escaliers et une salle à manger monumentale (contenant une table avec 32 chaises), et comprenant deux immenses miroirs du XIXème siècle d’une superficie de 14 m2 chacun.
Après la mort du "vieux prince", les biens de Pszczyna furent repris par le prince Hans Heinrich XV (1861-1938). Son épouse était connue pour sa beauté anglaise, Mary Theresa Olivia Cornwallis-West, princesse von Pless, appelée Daisy (1873-1943). Après le mariage, elle arriva à Pszczyna, où elle a noté ses premières impressions. "Il y avait des hectares de terrasses et de jardins, ainsi que de nombreuses sculptures quelconques. Un magnifique ordre d’espaces représentatifs, avec une richesse lourde de luxe, mais sans confort et même sans salle de bains personnelle!".
Dans les années 1914-1917 le Château de Pszczyna a joué un rôle important comme Quartier général impérial, et État-major de l’armée allemande. C’est à Pszczyna que l’empereur, le chef d'État-major de l'Armée impériale allemande, le maréchal Paul von Hindenburg, ainsi que le chef d'État-major de l’Est, le général Erich von Ludendorff, prirent les décisions militaires qui changèrent le visage de l’Europe contemporaine.
Après le plébiscite de 1922, Pszczyna retrouva sa place au sein de l’État de Pologne ressuscité. Une nouvelle nécropole fût fondée en 1936 sur le terrain du parc. Elle abrite les sépultures du fils cadet de Daisy – le comte Bolko (père de l’actuel prince von Pless), ainsi que du prince Hans Heinrich XV lui-même.
Après l’entrée de l’Armée Rouge dans Pszczyna, en février 1945, le château fût transformé en hôpital. Néanmoins tant le château lui-même, que son mobilier, dont d’immenses miroirs en cristal, subsistèrent.
Le 9 mai 1946, les portes du Château de Pszczyna furent ouvertes au public. Les débuts furent modestes – l’exposition trouva uniquement sa place dans quelques salles du Ier étage, y regroupant les objets précieux des arts décoratifs, conservés depuis l’époque de la domination de la famille des Hochberg.
Il faut souligner qu’au Musée, on a pu conserver environ 80% des aménagements intérieurs originaux de la fin du XIXème et du début du XXème siècle. Durant la dernière décennie du XXème siècle, des travaux de conservation conformes à l’iconographie conservée et aux inventaires d’archives, ont permis de rétablir les fonctions anciennes et l’aménagement des intérieurs, et d’y redécouvrir les couleurs et dorures originales.
Le Château de Pszczyna appartient aux rares musées du genre dans notre partie de l’Europe qui ont réussi à préserver leur riche aménagement historique. Cette adaptation de la reconstruction dans le respect de la conception des intérieurs a valu au Musée un diplôme d’honneur dans le concours de 1995, de la fédération Europa Nostra Europa Nostra de la Haye, responsable de la préservation et de la mise en valeur du patrimoine: "Pour une reconstruction minutieuse des intérieurs du château avec leur aménagement, fondée sur des recherches historiques perspicaces, lesquelles lui ont restitué sa splendeur du début du XXème siècle".

Pour son activité dans le domaine culturel, le Musée a reçu plusieurs prix et récompenses.
Le 9 mai 2001, lors du 55ème anniversaire de la fondation du Musée, on a ouvert une nouvelle exposition permanente – le Cabinet des Miniatures , ainsi q’une exposition temporaire intitulée Cabinet des Acquisitions 1986-2001.
Depuis le 12 mai 2006, dans les souterrains gothiques du château, on peut visiter une nouvelle exposition permanente – l’Armurerie.

Maciej Kluss

Historia Muzeum

24
  • 1
  • 2